ONF Informations : Cueuillettes de Printemps !

Les premières fleurs printanières ont pu être observées depuis quelques semaines en forêt, l’occasion de profiter du beau temps pour aller les observer ou les cueillir avec modération.Toutefois, les prélèvements excessifs pouvant fragiliser leur présence en forêt, l’ONF sensibilise le public à la pratique d’une cueillette raisonnée et respectueuse du milieu forestier.  

Le printemps arrive, l’envie de ramasser les fleurs en forêt aussi. Cueillir et ramasser font partie des plaisirs simples de la sortie en forêt, souvent partagés en famille. Un moment agréable qui offre également la possibilité de se promener dans la nature. Pourtant certaines espèces comme les jonquilles ou le muguet connaissent aujourd’hui des cueillettes excessives pouvant fragiliser leur présence en forêt. Alors avant de partir, voici quelques conseils pour une cueillette raisonnée et respectueuse du milieu forestier.

Un bouquet par personne 

Contrairement aux idées reçues, les fleurs forestières n’appartiennent pas à tout le monde. Que les forêts soient privées ou publiques (forêts domaniales et de collectivités) ; leurs fruits et produits appartiennent aux propriétaires. Il n’est donc pas permis de les cueillir sans leur autorisation et même si les forêts se trouvent ouvertes au public. Toutefois, dans les forêts publiques, la cueillette à « caractère familial » est tolérée sauf lorsqu’il y a un risque de disparition des espèces concernées. Auquel cas, un arrêté préfectoral ou communal peut formellement l’interdire. En cueillant le muguet et les jonquilles, il faut éviter de prélever les parties souterraines (bulbes). Pour que les fleurs repoussent l’année suivante, seul le ramassage des hampes fleuries est toléré mais en quantité limitée « à ce que la main peut contenir », soit environ dix / quinze tiges par personne.

Une cueillette responsable 

Tout ramassage intensif et trop volumineux peut faire l’objet d’une amende. Le code forestier institue en l’occurrence des sanctions pénales à l’encontre des auteurs de prélèvements abusifs. Par ailleurs, les cueillettes à des fins commerciales sont interdites. De telles mesures permettent la protection de ce patrimoine naturel dont il convient de préserver la richesse écologique. Bien cueillir, c’est connaître ce que l’on prélève. Des livres et sites internet sur la flore aident à améliorer ses connaissances sur la flore. Les associations naturalistes peuvent également répondre à toutes les questions. 


Vos réactions (0)