Fontainebleau, territoire post-carbone

Le BETA Programme® est un programme concerté d’actions dans les secteurs Bâtiments, Emplois, Transports, Alimentation qui vise à enclencher une dynamique de réduction d’émissions de gaz à effet de serre par un facteur 4 d’ici 2050. Il cible en priorité les villes satellites de métropoles. Le BETA Programme® consiste à mobiliser l’ensemble des parties prenantes du territoire pour relocaliser des filières d’emplois, en vue d’optimiser la valorisation durable des ressources locales.

Cette étude a été réalisé par Quattrolibri, financée par l'ADEME, le Ministère de l'écologie, du développement durable, du logement et des transports et soutenue par la Réserve de biosphère dans le cadre d'un programme de recherche : « Repenser les Villes dans une société Post Carbone ».


Focus sur les villes satellites

La réduction des émissions de gaz à effet de serre par un facteur 4 impose de trouver une solution pour les villes, qui rassemblent plus des trois quarts de la population française. Nous soulignons dans le rapport l’interdépendance entre centre et périphérie. Le BETA Programme® s’appuie sur une recherche action menée sur le territoire de Fontainebleau, représentatif de la typologie des villes satellites des grandes villes : - des territoires asphyxiés par leurs métropoles, en risque de devenir des zones dortoir, source de mobilité pendulaire de longue distance, facteur de congestion des infrastructures ; - des territoires qui sous-emploient leurs ressources de proximité, et augmentent d’autant leurs importations de matériaux fortement carbonés, sur des distances longues, sans création d’emplois productifs sur le territoire. Le BETA Programme® vise à inverser cette tendance ; - des territoires où le lien social reste fort, facilitant le bouche à oreille et une émulation de proximité, renforçant ainsi le système d’échanges locaux et l’introduction de services permettant de mutualiser des infrastructures. Plusieurs facteurs soulignent l’importance d’une stratégie « post carbone » pour les villes satellites. Notamment, nous rappelons que la congestion actuelle des infrastructures de transport public desservant les grands centres urbains ne pourra être résorbée par une extension de l’offre de transports publics. En effet, le scénario « business as usual » indique un quadruplement du trafic ferroviaire de proximité d’ici 2030, bien au-delà des capacités de financement et de mise en œuvre de nouvelles lignes. Il est donc critique de mener en parallèle un effort de réduction des besoins de mobilité, notamment dans les villes satellites, en complément des investissements sur l’extension de l’offre de transports desservant les métropoles.

Diagnostic systémique

Nous menons un diagnostic systémique à l’échelle de la ville, soulignant l’interdépendance entre les facteurs clé d’émissions et la nécessité d’ajuster tant l’offre (les équipements énergétiques, offres de transports, constructions…) que la demande (étalement urbain, éloignement des zones d’emploi et de résidence, consommation jetable…). La réduction des émissions de gaz à effet de serre liées aux transports n’est ainsi pas seulement une question de mutation du parc automobile vers un parc électrique ou une question de report modal de la voiture individuelle vers des options moins carbonées. L’exemple de Fontainebleau rappelle que la mise en œuvre d’un plan vélo comportant des pistes cyclables et des modifications de circulation à double sens ne garantit pas une plus grande utilisation du vélo tant que les besoins de mobilité n’ont pas évolué. L’analyse sur les transports est un révélateur des autres facteurs d’émissions : la part du fret de moyenne et longue distance reflète les typologies de consommation et les capacités (ou le manque de capacité) de production locale. Dès lors, il faut analyser les besoins de mobilité, notamment les trajets récurrents et prévisibles (les trajets liés à la vie scolaire et à l’activité professionnelle), mais aussi les trajets « secondaires », dont l’organisation résulte des solutions choisies pour répondre aux besoins récurrents et prévisibles.

Télécharger la synthèse de l'étude Post Carbone

Télécharger la version complète de l'étude Post Carbone


Vos réactions (0)